Tous nos conseils pour bien choisir son matériel de bivouac

Comment choisir mon matelas ? Que vais-je manger pendant mon trek ? Puis-je partir bivouaquer sans devoir porter 30 kilos sur mon dos ? Comment faire pour m’approvisionner en eau ?

Les cirques de la Réunion, la Laponie suédoise, les Alpes… nous commençons à avoir quelques treks à notre actif, et nous avons petit à petit trouvé quel matériel nous convient le mieux. Chaque randonnée a forcément ses propres variantes, mais vous trouverez dans cet article tous nos indispensables pour faire un trek en autonomie !

Poids total pour 2 personnes partageant la tente, le premier jour du trek (les réserves de nourritures diminuant petit à petit) : 12,6 kg à répartir entre les 2 backpacks


LA TENTE (1,81 kg)

En trek, tout est une histoire de compromis. Pour la tente, le poids, la solidité et l’imperméabilité sont les trois curseurs qu’il faut adapter en fonction de ses besoins. Plus on en augmente l’imperméabilité et la solidité, plus on devra en porter le poids sur ses épaules.

De notre côté, pour le Kungsleden, nous avons choisi de prendre un « risque » en prenant une tente moins imperméable, mais très légère : la tente C Bar de Big Agnes.

Nous avons eu une petite fuite une nuit de forte pluie, mais rien d’insurmontable. Son prix (250€) était également rapidement amorti : au prix que coûte une nuit en Suède, elle est rentabilisée en à peine 4 nuits de bivouac !


LE TARP (276 g)

Mais qu’est-ce qu’un « tarp » ?⁠ C’est un autre nom pour qualifier une bâche. C’est une toile très résistante aux intempéries, que nous avons décidé d’emporter avec nous lors du trek du Kungsleden. Nous avons choisi celui-ci pour son prix et ses dimensions, qui correspondent parfaitement à celles de notre tente.

Il y a 3 bonnes raisons d’emporter un tarp en trek :

  • Utilisation au sol, sous la tente, pour une couche d’isolation supplémentaire contre l’humidité et le froid (le froid vient surtout du sol, il faut donc s’en isoler le plus possible…)
  • Au-dessus de la tente si elle n’est pas assez imperméable, pour se prémunir en cas de fortes pluies
  • … et pour les plus courageux, si vous souhaitez randonner léger et révéler votre côté aventurier, oubliez la tente (c’est tellement surfait) et adoptez le tarp comme seul abri ! Ambiance bivouac garantie… #kohlanta


LE MATELAS (480 g x 2)

Jusqu’à présent, nos bivouacs n’ont jamais été synonymes de chaleur, les variations de températures pouvant être brutales à la tombée du jour. Par exemple, en plein mois de septembre dans les Alpes, alors que nous transpirions à grosses gouttes toute la journée, notre tente était couverte de gel le matin ! Il faut donc absolument se prémunir contre le froid, même lorsque vous partez randonner en été. Renseignez-vous bien sur la destination et les températures moyennes la nuit, afin d’éviter les mauvaises surprises.

Dans son livre qui nous a particulièrement aidé à nous préparer, Eléonore Lluna priorise les besoins d’un être humain dans la nature. C’est assez surprenant, mais l’eau n’arrive pas en première place : on peut survivre 1 mois sans nourriture, 2 jours sans eau… mais seulement quelques heures en état d’hypothermie. Il faut donc à tout prix trouver un moyen de se maintenir au chaud dans la nature, c’est la priorité n°1 !

Quel est le rapport avec le choix d’un matelas ?

Le matelas est indispensable pour le confort de notre corps endolori⁠ après une journée de marche, afin de lui épargner les aspérités du sol… mais pas seulement. Le matelas a aussi son rôle à jouer pour nous maintenir au chaud pendant notre sommeil, puisque le froid se diffuse principalement par le sol par conduction.

Afin d’éviter d’avoir trop froid en camping, nous avons choisi un matelas gonflable Thermarest bien isolant. Ces matelas sont très fins, prennent peu de place et sont très faciles à gonfler et dégonfler ; tout en assurant un certain confort pour notre dos de randonneur. Nous avons même pu installer notre tente directement sur les rochers de granite de la côte du Bohuslan, et nous y avons relativement bien dormi malgré la dureté du sol !⁠


LE SAC DE COUCHAGE (1 kg x 2)

Il est nécessaire d’avoir un bon sac de couchage pour ne pas passer la nuit à grelotter. Il faut qu’il protège de l’humidité. Pour notre part, c’est le Millet Baikal 1500 qui nous accompagne. Sa température de confort est de 1°C et sa forme de sarcophage permet de garder un maximum de chaleur.

Si vous êtes frileux voici quelques astuces non exhaustives pour améliorer votre confort : ⁠

  • Porter un bonnet, la tête étant la principale zone de déperdition de température⁠
  • Avoir une bonne isolation du sol en gonflant au maximum votre matelas ⁠
  • Sortir son sac de couchage longtemps avant de s’endormir, pour lui permettre de se gonfler d’air. Un sac de couchage raplapla protège moins bien qu’un duvet bien gonflé !⁠ Pour cela, nous avons pris l’habitude de les installer juste après avoir installé la tente, avant de préparer à manger.
  • Porter des chaussettes et des sous-vêtements longs⁠


LE RÉCHAUD (le réchaud 220 g + les ustensiles 175 g + l’alcool 1 kg)

Un repas bien chaud le soir est indispensable pour les gourmands que nous sommes ! Alors quand on ne peut pas dîner en refuge, on utilise notre super réchaud à alcool Trangia.

Le réchaud se décompose en 2 parties : le brûleur à alcool et le support de la même marque qui sert aussi de pare-vent.

Pourquoi un réchaud à alcool ?⁠

  • L’alcool à brûler est bon marché et s’achète facilement partout dans le monde (contrairement aux cartouches de gaz)⁠
  • C’est léger et ça prend peu de place ⁠
  • C’est la méthode la plus économique après le feu de camp ⁠
  • Le contrôle du volume restant de combustible est très facile ⁠

Nous avions peur que l’eau mette trop de temps à bouillir avec un réchaud à alcool mais finalement cela n’a pris que 6 minutes en moyenne. C’est certes un peu plus long que si nous avions eu un réchaud à gaz, mais c’est un bon compromis de notre point de vue.

Notre réchaud s’accompagne d’une popote en titane de la marque Snow Peak, dans laquelle nous faisons bouillir l’eau de nos plats lyophilisés.

Selon vos besoins et votre destination, n’hésitez pas à comparer les différents type de réchauds et ustensiles ! Prêtez notamment attention à la matière qui compose les éléments du réchaud : inox, aluminium, titane… ? Les critères importants à nos yeux sont le poids (chaque gramme compte lorsque vous le portez sur votre dos pendant plusieurs heures…), la vitesse de diffusion de la chaleur, et bien sûr : le prix… sachez que le titane coûte plus cher.

Notre choix s’est porté sur un ensemble casserole + poêle en titane : c’est la matière la plus légère, la plus résistante et qui n’a pas d’impact sur la santé (contrairement à l’aluminium). La casserole fait 900mL et la poêle permet de couvrir l’eau pour la faire bouillir plus vite.

Pensez également à choisir une casserole avec une contenance suffisante pour vos plats lyophilisés (pour faire bouillir l’eau en 2 fois).

Dans le calcul du poids de votre sac à dos, n’oubliez pas d’ajouter le poids de l’alcool à brûler.

LES BONS RÉFLEXES DES TREKKERS RESPONSABLES : ⁠

  • Vérifiez que les feux sont autorisés ⁠à l’endroit où vous avez prévu de bivouaquer
  • Redoublez de prudence en cas de vent⁠ afin d’éviter tout départ d’incendie
  • ⁠Éloignez le feu des matières inflammables (herbes, brindilles, tente…)⁠
  • Vérifier que le feu est éteint avant de vous éloigner pour déguster votre repas bien mérité !


LA NOURRITURE (2,7 kg)

À Allos ou à la Réunion, nous avions la chance de manger de bons repas chauds dans les gîtes qui se trouvaient sur notre parcours. Mais lors de notre aventure en Suède, nous étions en totale autonomie et il a donc fallu transporter la nourriture dans nos sacs…

Voici ce que nous avons mangé pendant 6 jours :⁠

  • Petit-déjeuner : barres énergétiques maison que j’avais cuisinées avant le voyage, composées d’avoine, de dattes et de fruits secs !
  • Pause midi : 2ème ration de barres énergétiques (c’était un peu lassant au bout de plusieurs jours… haha)
  • Dîner : c’était LE moment où on se faisait plaisir en cuisinant avec notre réchaud ! Nous avons découvert que finalement, les plats lyophilisés ce n’est pas si mal ! Mention spéciale pour le hachis parmentier Decathlon, un pur délice après une journée d’efforts intenses (… bon par contre on a dû laisser de côté le régime végétarien pendant le trek…)⁠

Et on avoue que parfois, on s’arrêtait faire une pause sucrée dans les gîtes sur le chemin, afin de reprendre des forces !


L’EAU (3,5 kg)

L’eau est indispensable à la survie. Où se procurer de l’eau en trek ?⁠ Il y a 2 possibilités :

  • Soit faire des réserves en amont (mais cela implique de la transporter, et l’eau, ça pèse lourd !)
  • Soit en trouver sur place pendant le trek

En Laponie, l’eau en provenance des glaciers était si pure que l’on pouvait la boire directement dans le ruisseau, sans précautions ! Mais de façon générale, il faudra la purifier avant de la consommer : en utilisant des pastilles micropur, en la faisant bouillir ou encore en utilisant des pailles filtrantes par exemple.

Comment transporter 1 à 2 litres d’eau par jour ?⁠ L’eau peut rapidement peser lourd, et il faut en tenir compte lorsque vous préparez votre sac avant le voyage. Pensez à rajouter 1 à 2 kg au poids du sac, c’est inévitable ! En randonnée, nous préférons utiliser les poches à eau avec un tuyau, c’est étanche et pratique : pas besoin d’enlever son sac à dos pour attraper la gourde, ni de risque de perdre le bouchon. Nous avons aussi eu la chance de gagner une gourde et des pailles filtrantes Lifestraw, que nous testerons pour notre prochaine randonnée

Pensez à la planète, et essayez de toujours utiliser des gourdes plutôt que des bouteilles en plastique jetables !

Et vous, quel matériel utilisez-vous pendant vos treks ? N’hésitez pas à nous poser toutes vos questions en commentaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s