Randonnée du refuge des Bans – Parc des Écrins

⛰️ Pourquoi les Écrins ? Juste après le confinement, nous avions besoin d’air, d’espace et de nous dépenser, la montagne était alors tout indiquée pour offrir ce cocktail de plénitude. A quelques heures de route du Var, le Parc National des Écrins nous était encore inconnu et recommandé pour ses paysages préservés et ses sentiers accessibles.

Distance : 8,5 km
Durée : 3-4 heures (incluant de nombreuses pauses)
Dénivelé : +/- 470 m
Point de départ/arrivée : parking d’Entre les Aigues à la fin de la route menant au Villard (si l’enneigement et l’état de la route le permet, sinon plus en aval)

Quoi de mieux pour notre première journée dans le Parc National des Écrins que de suivre les conseils des gens du coin. J’avais repéré la randonnée sur le site du parc, et la personne qui nous a accueillis dans notre AirBnB nous l’a chaudement recommandée. Et pour cause, après 20-30 minutes de voiture depuis Vallouise, se profile déjà à l’horizon un paysage de haute montagne.

Nous sommes parmi les premiers à franchir la ligne de départ, à la fraîche, le soleil se lève à peine. Le programme du jour est simple, un peu moins de 500m de dénivelé positif (et négatif), sur une dizaine de kilomètres.

Quel bonheur de se déplacer à la montagne sans nos lourds sacs à dos que nous avons avec nous habituellement. Les premières montées dans le pierrier sont à notre portée et les nuages sont encore là pour nous rafraichir.

En sortant de la forêt nous tombons sur un beau chevreuil que nous mitraillerons (avec notre appareil photo bien sûr) pendant de longues minutes.

Quand le soleil pointe le bout de son nez c’est l’occasion d’un shooting photo dans la grotte formée par un torrent, dans un névé encore bien épais.

Vous pouvez contempler sur cette photo les désastres du bronzage du randonneur

Les hauteurs aux alentours sont resplendissantes, composées de grands pics rocheux, de pierriers et de grandes plaques de glaces se transformant en cours d’eau bruyants sous l’effet du soleil.

Le refuge est maintenant bien visible sur son promontoire naturel, il surplombe fièrement les eaux tumultueuses et les neiges estivales, entourés de reliefs escarpés, réputés pour renfermer de nombreux spots d’escalade.

Les derniers mètres de montée se font dans la chaleur, quelques câbles peuvent aider les plus prudents sur une portion étroite.

La vue depuis le refuge est exceptionnelle, les poules élevées ici ont la belle vie… Ici la devise c’est « pique-nique toléré, consommation appréciée » alors nous profitons des transats pour déguster une glace (une vraie), puis notre déjeuner maison. Les nuages ont disparu et la vue est maintenant dégagée, après notre ventre, c’est au tour de nos yeux d’être rassasiés.

Nous mesurons rapidement la bonne idée que nous avons eu d’être partis tôt le matin, les arrivées se font de plus en plus importantes et sur le retour le chemin avait parfois des allures d’autoroute familiale (j’exagère un peu) avec son lot de petites têtes bougonnes et de voix criantes. La descente, une fois tout ce petit monde derrière nous, est d’une facilité déconcertante.

En bref, cette randonnée est parfaite pour se mettre en jambe, profiter du paysage et apprécier l’air de la montagne.

Si cette belle journée vous tente, vous pouvez retrouver le détail de cette randonnée sur le site du Parc National des Écrins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s