L’année sabbatique, pourquoi pas vous ?

L’année sabbatique, pourquoi pas vous ?

Nous avons décidé de mettre les voiles et de prendre un congé sabbatique pour voyager, prendre notre temps, nous recentrer, profiter d’une année de temps libre.

Maintenant que notre demande a été acceptée, nous souhaitons vous éclairer sur ce droit dont nous pouvons tous disposer, et vous fournir les informations nécessaires pour, peut-être, vous lancer.

Note : les informations ci-dessous concernent les modalités en mars 2021 et peuvent évoluer.


Qu’est-ce qu’un congé sabbatique ? 

C’est une période pendant laquelle votre contrat est suspendu. Cela implique plusieurs choses :

  • Vous disposez de plusieurs mois de liberté totale pour réaliser vos projets et vos envies
  • Vous avez votre CDI qui vous attend bien au chaud à votre retour, avec un salaire équivalent
  • Votre salaire est suspendu, lui aussi
  • Vous n’accumulez ni ancienneté, ni congés payés dans votre entreprise
  • Si vous ne travaillez pas pendant ce congé sabbatique, vous ne cotisez pas pour la retraite
Quelles conditions pour en bénéficier ?

Le congé sabbatique est relativement facile à obtenir, voici les critères à remplir :

  • Vous devez avoir au moins 3 ans d’ancienneté dans votre entreprise
  • Vous devez avoir au moins 6 ans d’activité professionnelle au total (dans votre entreprise ou ailleurs)
  • Vous ne devez pas avoir déjà bénéficié ces 6 dernières années : d’un congé sabbatique, d’un projet de transition professionnelle (d’une durée d’au moins 6 mois) ou d’un congé pour création/reprise d’entreprise

Une personne ayant commencé à travailler vers 22 ans, ayant au moins 3 années d’expérience dans une même entreprise peut donc légitimement demander un congé sabbatique avant ses 30 ans.

Combien de temps ça dure ?

Votre congé sabbatique peut durer entre 6 et 11 mois.

Vous pouvez éventuellement utiliser vos congés payés avec l’accord de votre employeur pour prolonger cette période.

Comment effectuer sa demande ?

On ne part pas en congé sabbatique du jour au lendemain, ainsi, vous devez prévenir votre entreprise au moins 3 mois avant la date de votre départ.

La demande à l’employeur peut s’effectuer par lettre recommandée, remise en main propre, ou tout simplement par email avec accusé de réception. C’est cette dernière option que nous avons choisie, avec les contraintes actuelles liées au covid. Mais toutes les solutions sont possibles, du moment que l’envoi permet de justifier la date à laquelle la demande a été effectuée.

Nous vous conseillons d’en parler un peu avant avec votre manager, ou le service des ressources humaines. Cela rendra votre demande officielle plus facile et leur permettra d’envisager rapidement votre remplacement, et ils apprécieront votre transparence.

Attention, pour être prise en compte, votre demande doit comporter : 

  • La date de début
  • La durée
  • La date de fin

Retrouvez ici le modèle de demande fourni par le site du service public.

L’employeur peut-il refuser votre demande ?

Votre employeur peut vous répondre de 3 façons :

  • Il est d’accord avec votre demande et votre date de départ (tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes)
  • Il souhaite reporter votre date de départ
  • Il refuse votre demande de congé sabbatique

Bon à savoir : s’il ne vous a pas répondu 30 jours après votre demande, votre congé sabbatique est accordé par défaut.

Le refus ou le report du congé peut être justifié selon plusieurs critères qui dépendent de la taille de l’entreprise.

Pour les entreprises de moins de 300 salariés :

  • Le report peut être de 9 mois au maximum afin de limiter le nombre de salariés absents simultanément pour cause de congé sabbatique ou pour création/reprise d’entreprise.
  • Le refus peut être justifié si vous ne remplissez pas les conditions requises ou si l’employeur estime que votre départ en congé pénalisera l’entreprise.

Pour les entreprises de plus de 300 salariés :

  • Le report peut être de 6 mois au maximum.
  • Le refus ne peut être justifié que si vous ne remplissez pas les conditions requises.

Si vous êtes dans le cas d’un refus, et si vous souhaitez le contester, vous avez 15 jours pour saisir le conseil de prud’hommes. D’où l’intérêt d’en discuter au préalable avec votre manager, afin d’éviter d’en arriver à ces extrémités 🔥

Votre congé est accepté, et ensuite ?

Félicitations 🥳 Vous pouvez l’annoncer à vos proches et vous lancer dans d’autres démarches : rendre votre appartement, résilier vos abonnements, souscrire à une assurance voyage…

Maintenant, que faire de tout ce temps ? À vrai dire, à peu près tout ce que vous souhaitez. Du moment que vous ne rentrez pas en concurrence avec votre entreprise, libre à vous de :

  • Profiter de vacances XXL pour voyager où bon vous semble (et où vous pouvez avec le COVID…)
  • Se reposer tout simplement
  • S’engager pour une cause, une association, des missions humanitaires ou environnementales
  • Se lancer dans une formation ou une reconversion
  • Créer votre entreprise
  • Construire votre maison, retaper votre appartement…
  • Élever vos enfants
  • Vivre votre passion (peinture, écriture, sport…)
  • Travailler pour une autre entreprise
Congé sabbatique ou congé de création d’entreprise ?

Mieux vaut prendre le congé sabbatique d’abord, car vous pourrez ensuite poser un congé de création d’entreprise, et non l’inverse.

Comment ça s’est passé pour nous ? 

Nous envisagions de partir au mois d’avril, mais sans date précise en tête. Nous n’avons pas attendu le délai minimum pour prévenir nos managers, afin d’être transparents et d’organiser au mieux notre départ. Cela a été très apprécié, nous recommandons donc cette stratégie.

Vous pouvez retrouver toutes les informations officielles concernant le congé sabbatique sur le site du service public.

N’hésitez pas nous poser vos questions en commentaires 👇 il y a certainement d’autres voyageurs qui ont les mêmes que vous, nous y répondrons au plus vite pour vous aider dans vos démarches !

Laisser un commentaire