You are currently viewing Comment voyager sans avion en Europe ?

Comment voyager sans avion en Europe ?

En 2022, nous terminons une année de voyage sans avion en Europe. À force de sillonner les routes du continent par le biais de multiples moyens de transports, nous avons acquis de l’expérience pour trouver les meilleures façons de voyager sans prendre l’avion : de l’Italie à la Grèce, de l’Islande aux Baléares, ou encore de la Grèce à la Norvège ! Nous avons prouvé que oui, voyager sans avion, c’est possible 🌍

En partageant nos trajets sur nos réseaux sociaux, nous avons remarqué que cette façon de voyager plus raisonnée intéresse beaucoup notre communauté. Nous avons réalisé que la plupart des voyageur.euses souhaitent se détacher de leur addiction à l’avion, mais ne savent pas (encore) comment s’y prendre. Alors qu’en réalité, tu serais surpris.e par la variété de l’offre de transports qu’offrent certaines destinations ! Nous avons donc décidé d’écrire cet article : que ce soit par conscience écologique ou par peur de prendre l’avion, voici tous nos conseils et exemples concrets d’itinéraires pour voyager en Europe, sans émettre de kérosène 😉 Avec en bonus : un comparatif de délais, tarifs et émissions CO2 pour chacun de nos voyages. Bonne lecture !

⚠️ Nous écrivons cet article en mars 2022, certains trajets ne seront peut-être plus à jour au moment de ta lecture. Mais après avoir lu cet article, tu auras toutes les clefs pour savoir comment trouver les informations actualisées 👍

Voyage sans avion : Route circulaire en Islande se dirigeant droit vers le sommet d'un fjord

5 bonnes raisons de voyager sans prendre l’avion

1️⃣ Pour notre avenir 🌱 Si l’on regarde à l’échelle des émissions individuelles de gaz à effet de serre, le secteur aérien de loisir est l’un des plus polluants pour un.e français.e moyen.ne. Si on veut limiter les impacts du réchauffement climatique à court, moyen et long terme, il faut réduire drastiquement nos émissions. Pour te donner un ordre de grandeur, la moyenne française est à 10 tonnes de CO2 émise par an et par personne… au lieu de 2 tonnes max ! Quand on sait qu’un aller-retour à Dubaï représente déjà 1,6 tonnes, on voit que boycotter l’avion peut avoir un effet immédiat et suffisamment puissant pour réduire nettement ses émissions individuelles 😄

2️⃣ Pour la découverte et l’esprit du voyage 🌍 Aller d’un point A à un point B, ce n’est pas du voyage, c’est de la consommation. Mais tracer un itinéraire, profiter du paysage à un rythme plus lent, s’arrêter à quelques points d’étape lors d’un voyage sans avion : ça permet de découvrir le monde ! Et en bonus : on maîtrise mieux la géographie. Sans les nombreuses escales de notre année sans avion, nous n’aurions pas découvert Hambourg ou Milan, et nous ne saurions situer que très approximativement Vérone ou les Îles Féroé sur une carte.

Voyage sans avion : Roxane sur un voilier voguant vers les îles Pontines en Italie

3️⃣ Pour les bagages sans prise de tête 🧳 Tu te souviens des règles strictes ? 100ml de liquides dans ton sac à bagage dont tu auras vérifié au préalable les bonnes dimensions, enregistrement de la valise en soute plusieurs heures à l’avance, valise que tu auras précédemment pesée pour vérifier qu’elle ne dépasse pas le poids réglementaire… et ton sac cabine qui finit malgré tout dans la soute, faute de place ! Sans parler des frais additionnels démesurés si tes bagages ne respectent pas les règles. Ces mauvais souvenirs te font frissonner ? Pas de panique, sans avion, tu peux les oublier définitivement ! Que tu prennes le train, le bus ou le ferry, ta seule limite en termes de bagages, ce sera ce que tu pourras porter 😉 (on ne parle pas évidemment des formats de bagages inhabituels : si tu emmènes ta planche de surf 8″ avec toi il y a des chances que tu payes un supplément). Et tu peux emmener ta gourde d’eau avec toi sans problème. Soulagé.e ?

4️⃣ Pour être plus zen 🧘‍♀️ Dans la majorité des cas, pas besoin d’acheter son billet 6 mois à l’avance ni de venir à l’aéroport 3 heures avant le vol pour passer les innombrables contrôles. Pour un voyage en train, il suffit de venir maximum 30 minutes avant le départ. Et les ferries demandent généralement aux passagers piétons de se présenter seulement 1 heure avant le départ.

5️⃣ Pour le confort 🛏 Que ce soit dans un train ou dans un bus, il y a toujours beaucoup plus de place pour les jambes et les épaules que dans les boîtes à sardine d’Easyjet ou Ryanair. Pour les introverti.es qui voyagent à deux et qui détestent avoir une 3ème personne à côté, le train ou le bus est aussi la meilleure solution puisque ce sont des rangées de 2 places. Côté numérique, la majorité des transports en train ou en bus proposent des prises de courant et le wifi, contrairement aux voyages dans les airs. Enfin, pas besoin de prendre les transports en commun ou un taxi une fois arrivé.es : les trains et bus nous emmènent généralement directement au coeur des villes, contrairement aux aéroports qui sont souvent à 30-60 minutes de tout intérêt touristique.

Tu es convaincu.e ? Super, maintenant on t’explique comment s’y prendre concrètement 😉

Comment s’y prendre ?

Quand on ne connaît pas le pays ou la destination, on ne peut pas deviner quels sont les types de transports proposés et auprès de quelles compagnies réserver pour planifier un voyage sans avion. On peut toujours se fier aux guides de voyage, mais pour une année sabbatique, on ne pouvait pas acheter (et porter dans nos sacs) les guides de chaque pays !

Heureusement, nous avons identifié une solution parfaite et rapide : Rome2Rio ! Ce site est une mine d’or pour les voyageur.euses. Comme son nom l’indique, il suffit de mettre les points de départ et d’arrivée, et il propose tous les modes de transports possibles pour faire cet itinéraire. Nous l’avons utilisé toute l’année 🥳

Voyage sans avion : Silhouette de Roxane qui voyage sur un voilier

Une fois que tu as trouvé l’itinéraire choisi, il ne te reste plus qu’à te rendre sur le site de la compagnie de train, de bus ou de ferry pour acheter tes billets.

Certains déplacement très courts, comme les bus municipaux par exemple, n’apparaissent parfois pas sur Rome2Rio. Dans ces cas-là, nous utilisons les itinéraires Google Maps qui indiquent parfois les arrêts et horaires des bus. Il existe aussi l’application Moovit, que nous n’avons pas eu besoin de tester puisque les solutions précédentes étaient suffisantes pour nous.

Dernier conseil pour trouver les meilleurs modes de transport : ne sous-estime pas les conseils des locaux ! Ils savent quels trajets sont fiables ou non, où acheter les billets et quels sont les bons plans. Comme notre hôte AirBnB en Croatie, qui nous a appris que les bus circulaient jusqu’à notre arrivée tardive à 22h30 (contrairement à ce qui était indiqué sur leur site web) ! N’hésite pas à demander à ton hôte ou ton hôtel si tu as un doute.

les alternatives pour (ré)apprendre à voyager sans avion

Le train

C’est la meilleure alternative à l’avion, autant par sa facilité pour réserver et organiser son voyage que pour son moindre impact carbone. Nous avons pu tester le train en France évidemment (y compris en Corse !), mais aussi de nombreuses fois en Italie, en Allemagne, au Danemark, en Suède, ou encore aux Pays-Bas…

Voyage sans avion : prendre le train en Italie

Nous savons que le principal frein pour les voyageurs est le prix, alors voici quelques astuces pour réduire le coût du billet de train :

  1. S’y prendre à l’avance : par exemple pour la SNCF, il faut généralement prendre ses billets 2 à 3 mois à l’avance pour avoir des tarifs raisonnables, sinon on atteint vite des prix complètement déconnectés de la réalité. Pour économiser encore plus, n’hésite pas à partir en semaine et hors des vacances scolaires, jours fériés, etc. Dernier conseil, si tu n’es pas encore sûr.e de tes dates : n’hésite pas à poser une option au moment de réserver ton billet (et à le faire sur plusieurs billets différents) : ça te permet de réserver pendant 1 semaine tes billets sans avancer d’argent, le temps de valider tes dates, et d’éviter que les prix augmentent entre temps

  1. Avoir une carte de réduction : la SNCF propose de nombreuses cartes de réduction, comme la Carte Jeune ou encore celle que nous avons : la Carte Avantage Adulte (parce qu’on est désormais trop vieux pour la carte jeune 😂) qui coûte 49€ par an et permet d’économiser -30% sur la majorité des trajets. Cette réduction s’applique à la fois pour la personne qui la détient + pour 1 personne qui l’accompagne. Cette carte est vendue moins chère certaines périodes de l’année, alors guette les réductions 😉

  1. Le pass Interrail : nous ne l’avons pas testé, mais de nombreuses.x voyageur.euses l’ont utilisé et nous en ont dit beaucoup de bien. Il y a même une réduction du prix de ce pass pour les moins de 27 ans. De nombreux choix sont possibles à différents tarifs, fais quelques simulations des voyages avant de l’acheter, pour être sûr.e que ça vaut le coup.

  1. Les trains de nuit : il y en a encore trop peu pour l’instant en Europe, mais ils vont revenir en force ! Ce mode de voyage permet à la fois de gagner du temps (tu voyages pendant que tu dors) et d’économiser une nuit d’hôtel. Par exemple, nous avons pris un train de nuit pour nous rendre en Laponie depuis Stockholm.

  1. Utiliser un cashback, par exemple le site iGraal. Nous l’utilisons beaucoup pour acheter nos billets SNCF et Ouigo, ou encore pour les hôtels sur Booking. Au bout de plusieurs achats on accumule une petite cagnotte que l’on peut reverser sur son compte bancaire. Si tu veux t’inscrire, tu peux passer par notre lien de parrainage juste ici.

Voici quelques sites des compagnies de train que nous avons le plus utilisées :

Le bus

Les trains ne desservent pas forcément toutes les villes d’Europe, et leur qualité n’est pas équivalente selon les pays. Alors pour certains itinéraires, nous avons privilégié le bus, que ce soient les bus locaux ou pour des trajets de longue distance entre les pays.

Voyage sans avion : prendre le bus en Grèce

Quand on voyage en bus, le confort varie énormément d’un pays à l’autre et d’une compagnie à l’autre ! Par exemple à Majorque, nous avons été agréablement surpris par la qualité de leur réseau : bus très fréquents, modernes, avec un paiement par carte bancaire sans contact directement à la montée. Dans les Cyclades, ça demandait un peu plus d’organisation et notamment à Naxos, où il fallait obligatoirement acheter des billets à l’avance dans une petite supérette. À Malte, les arrêts doivent être signalés au chauffeur en tapant deux fois dans ses mains… Prendre le bus, c’est aussi l’occasion de vivre comme les locaux ☺️

Pour les trajets plus longs, nous avons beaucoup testé Flixbus cette année, mais la qualité du service était très inégale (et le service après-vente inexistant 🧐), donc nous aurions plutôt tendance à conseiller les compagnies concurrentes comme Blablabus, ou les compagnies locales, que l’on peut trouver via Rome2Rio (par exemple, Cazmatrans ou Arriva en Croatie).

Le vélo

La meilleure alternative pour un voyage sans avion, qui n’émet aucune émission de CO2 dans l’atmosphère (mis à part sa construction), est le vélo 🚴 Le voyage à vélo, même s’il est plus lent, permet de nombreux bénéfices : on peut voyager avec plus de bagages (il y a de quoi mettre plus de choses dans plusieurs sacoches à vélo que dans un backpack), on découvre les paysages à son rythme, ça ne fait pas de bruit, on se balade dans l’air frais de la nature et on fait du sport. Tu voyages en famille ou avec un animal ? Pas de problème, grâce aux remorques que l’on peut ajouter à l’arrière des vélos.

Bisou à vélo au bord du Rhône

Bref, les voyages à vélo pour découvrir la France et même l’Europe ont de plus en plus la côte et ce serait dommage de se priver d’une pratique aussi vivifiante. En plus, avec de l’entraînement, on peut parcourir d’assez grandes distances en à peine quelques jours ! Si tu débutes ou que tu n’as pas le temps de t’entraîner, on te conseille la Via Rhôna : nous avons parcouru 600km de Genève à Avignon pendant 2 semaines, à un rythme vraiment tranquille et avec des pauses pour visiter. N’hésite pas à consulter notre article pour te faire une première idée ☺️ Autre idée pour débuter sans trop transpirer : faire un circuit en vélo électrique, comme par exemple notre aventure dans les Pouilles.

Pour voyager à vélo, tu peux en louer (ce que nous avons fait dans les Pouilles ou aux Châteaux de la Loire), notamment au début de ta pratique pour tester si ça te plaît. Si tu penses que ce mode de voyage est fait pour toi, tu peux ensuite acheter des vélos spécifiquement conçus pour voyager : robustes mais sans être trop lourds, avec une ergonomie dédiée au cyclotourisme et de nombreux inserts pour rajouter des sacoches et autres accessoires. C’est l’option que nous avons choisie en acquérant, fin 2020, des vélos Riverside 520 Decathlon.

Il est possible de voyager en train avec son vélo, sans avoir besoin de le démonter : soit gratuitement dans les TER (hors heure de pointe), soit en payant 10€ de supplément dans les TGV.

Voyage sans avion et cyclotourisme : nos deux vélos sur la ViaRhôna
Le voilier

Encore un mode de voyage itinérant, vivifiant et peu polluant : nous avons adoré voyager en voilier. Notre première véritable expérience de navigation nous a permis de rejoindre la Grèce depuis la Corse, en longeant toute la côte italienne pendant presque 2 mois… le voyage d’une vie ⛵️

Il y a 3 façons de voyager en voilier :

  • Les doigts de pied en éventail : si tu ne sais pas naviguer ou que tu souhaites être tranquille pendant le voyage, tu peux embaucher un.e skipper (voire un équipage entier), ou bien opter pour des compagnies de transport… version voilier. Ces entreprises fleurissent de plus en plus en ce moment, pour permettre aux voyageurs de se déplacer tout en respectant leurs convictions slow travel. Par exemple, une petite entreprise arrive cet été, Super Tangueur, pour proposer des traversées entre Toulon et Ajaccio en voilier.

  • En mettant la main à la pâte : Bonne nouvelle : pas besoin de permis bateau pour se balader en mer à bord d’un voilier ! En revanche, il faudra tout de même apprendre les rudiments des manoeuvres et naviguer avec des expert.es. Si l’idée de voyager tout en apprenant à naviguer te tente, tu peux par exemple accompagner des plaisancier.es qui cherchent des équipier.es pour les accompagner et les aider dans leur trajet. Regarde régulièrement la Bourse aux Équipiers pour trouver la perle rare ! Autre façon d’apprendre : faire des stages d’initiation ou de perfectionnement, comme avec SailSquare ou rejoindre un club de voile si tu vis près de la mer.

  • En toute autonomie : tu as 3 options : soit tu achètes ton propre bateau 💰💰💰 ; soit tu peux louer un voilier ou un catamaran pour la période de ton voyage ; soit tu décides de convoyer le voilier de quelqu’un d’autre à l’endroit désiré (et tu profites du voyage en passant) ce qui peut être l’option la plus économique.

Les voiliers sont un peu plus émetteurs de gaz à effet de serre que les vélos puisqu’on a besoin du moteur dans certaines situations délicates, comme à l’arrivée ou au départ d’un port. Mais cela reste évidemment minime par rapport à un voyage en ferry ou en avion.

Si tu es sujet.te au mal de mer, nous avons testé plusieurs méthodes douces (pour éviter les médicaments de type Mercalm) : huiles essentielles, bracelets d’acupression Seaband, et même des lunettes révolutionnaires qui ont été conçues à Ollioules, à deux pas de chez nous : les Boarding Glasses 😎 Petit bonus : elles fonctionnent pour tous les transports (oui, même les voyages en bus sur des routes sinueuses). Si tu achètes une paire sur le site de Boarding Glasses, tu auras 5€ de réduction avec notre code promo : ROXANDYO.

Instant Transparence : nous te partageons un lien affilié en partenariat avec Boarding Glasses. Si tu achètes une paire de lunettes anti mal de mer avec notre code promo, tu auras 5€ de réduction et nous toucherons également une commission. Comme pour tous nos partenariats, nous donnons toujours notre avis de façon objective et indépendante, et uniquement sur des produits et services que nous avons testés et approuvés 😇

Le ferry

Le ferry pollue, c’est indéniable. Sur une même distance, selon sa répartition entre le nombre de passagers et la quantité de marchandise transportée, on peut avoir la même empreinte carbone qu’en avion. Mais pour rejoindre une île, si on ne peut pas y aller en voilier, il n’y a pas 36 solutions quand on boycotte les voyages en avion ! Et puis prendre le train jusqu’à la côte puis faire les derniers kilomètres en ferry, c’est toujours mieux que de faire l’ensemble du trajet dans les airs.

Pour nous, faire une partie de l’itinéraire en ferry, c’est un « moindre mal », un moyen de planifier son voyage sans avion dans sa globalité. À ne pas confondre avec les croisières sur des monstrueux paquebots, qu’on ne cautionne pas du tout…

Si le trajet n’a pas lieu de nuit, inutile d’après nous de prendre une cabine afin d’économiser le coût du billet. Pour réserver, tu peux aller sur Direct Ferries ou bien te rendre sur le site de chaque compagnie : Color Line pour te rendre en Norvège (depuis le nord de l’Allemagne ou du Danemark), Smyril Line pour l’Islande (au départ du nord du Danemark) ou encore GNV ou Balearia pour rejoindre les Baléares (par exemple depuis Barcelone).

Le van

Les voyages en van polluent également, mais nous voyons aussi dans ce mode de transport une ode à la sobriété. Avec si peu d’électricité, d’eau et de confort, les voyageurs en van apprennent à se contenter de peu, en économisant chaque centilitre et chaque kilowatt ! C’est en tout cas notre retour d’expérience, après avoir sillonné les routes de Norvège pendant 2 semaines dans un petit campervan en automne 🍁

Quand on passe la nuit dans un hôtel, on a moins de scrupules à prendre un bon bain chaud, se sécher les cheveux et passer 2h à scroller sur Instagram que lorsqu’on vit et dort dans un petit campervan : on mange froid (sauf quand on prend le « luxe » d’allumer le réchaud) et on se douche en moins de 5 minutes pour éviter de remettre une pièce dans la cabine de douche d’un camping.

Finalement, c’est un mode de vie qui ressemble beaucoup à celui sur un voilier, où on se contente de petits bonheurs du quotidien et on vit d’amour, d’eau fraiche, et des paysages sublimes que nous traversons.

L’idéal, c’est qu’une fois rentré à la maison, on garde quelques bonnes habitudes de sobriété…

Voyage sans avion : Roxane dans le van en Norvège

Exemples concrets de voyages sans avion en europe

Pendant notre année sabbatique, nous avons voyagé au départ de Toulon, puis avons sillonné l’Europe dans tous les sens. Afin de te permettre de comparer les différents itinéraires, tu trouveras ci-dessous les durées, prix et émissions CO2 de chaque voyage sans avion (comme si nous les avions tous initiés depuis Toulon) VS la même chose en avion.

⬇️ RDV en bas d’articles pour consulter nos sources et méthodes de calculs 😇

La Corse

Nous avons pris le Corsica Ferry de Toulon à l’Île Rousse, puis nous nous sommes déplacés en train une fois sur place. Comme précisé ci-dessus, les ferries polluent beaucoup, mais à émission équivalente nous préférons boycotter les compagnies aériennes.

Toulon – Haute-CorseVoyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)8h6h
Prix du voyage (A/R)96€222€
Émissions CO2 (A/R)148 kg145 kg
Corse : plage à côté de Calvi avec vue sur les sommets enneigés
L’Italie

Dans notre cas particulier, nous avons visité l’Italie plusieurs fois : en voilier depuis la Corse, puis en train. Voici un exemple d’itinéraire pour te rendre jusque dans les Pouilles, au sud est de l’Italie : l’une de nos régions coup de coeur pour explorer les champs d’oliviers à vélo, entre les trulli 🚴 Là-bas, pas besoin de voiture pour se déplacer !

L’itinéraire pour se rendre en train jusqu’à Ostuni comporte évidemment des correspondances et des escales. D’abord, il faut prendre un train avec la SNCF jusqu’à Vintimille. Puis il suffit de prendre des trains Trenitalia avec correspondances. Nous avons adoré visiter Milan, Bologne ou encore Bari qui sont de belles étapes sur la route des Pouilles ; mais tu peux aussi décider de faire moins d’escales pour arriver plus rapidement.

Même si le voyage en lui-même dure deux fois plus longtemps, en termes d’émissions il n’y a pas photo : le train jusqu’aux Pouilles émet 13 fois moins de CO2 que l’avion !

Toulon – Ostuni (Pouilles)Voyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)16h458h15
Prix du voyage (A/R)364€189€
Émissions CO2 (A/R)31 kg410 kg
La Grèce

Depuis les Pouilles et notamment la ville de Bari (voir itinéraire ci-dessus), il est ensuite possible de prendre un ferry qui t’emmènera jusqu’à Patras. Puis, tu peux : soit visiter la Grèce continentale (nous avons adoré Delphes 💙) ; soit te rendre à Athènes en bus, comme présenté dans le calcul ci-dessous. Une fois à Athènes, tu peux prendre un ferry pour les Cyclades.

Dans l’archipel, pas besoin de louer de voiture, quad ou scooter : nous avons testé les réseaux de bus de Santorin, Naxos et Andros et ils sont suffisants pour découvrir une bonne partie de chaque île.

Toulon – AthènesVoyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)36h8h15
Prix du voyage (A/R)532€374€
Émissions CO2 (A/R)208 kg668 kg
Voyage sans avion en Grèce : église blanche sur ciel bleu à Santorin
La Norvège

Aller en Norvège sans avion est beaucoup plus facile qu’on ne le croit ! Il suffit de passer par l’Allemagne, le Danemark et la Suède… et tout cela est possible en train.

Mais pendant notre année sabbatique, nous avons dû esquiver le Danemark et la Suède à cause des restrictions liées au covid à ce moment-là, alors nous avons choisi une autre solution. Après avoir pris un TGV jusqu’à Frankfurt, puis 2 trains DB jusqu’à Kiel (au nord de l’Allemagne), nous avons pris un ferry pour rejoindre directement Oslo.

Le calcul ci-dessous tient donc compte du prix (assez élevé) de la nuit en ferry, ainsi que des émissions causées par ce mode de transport. Si nous avions choisi l’option « 100% train », le voyage aurait coûté bien moins cher et aurait été beaucoup moins polluant 🌱

Toulon – OsloVoyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)36h3011h45
Prix du voyage (A/R)1 019€528€
Émissions CO2 (A/R)356 kg674 kg
Glaciers et paysages grandioses de la route 55 en Norvège, au coucher du soleil
L’Islande

Il n’y a à ce jour qu’un seul moyen d’aller en Islande sans avion (à moins d’y aller par soi-même en voilier) : un ferry au départ de Hirtschal, au nord du Danemark.

Ce ferry a la particularité de transporter beaucoup de marchandises en plus des passagers. On peut donc considérer, malgré ses fortes émissions de GES (liées à la grande distance parcourue), que l’impact est moindre puisque dans tous les cas, avec ou sans passagers, le ferry est obligé d’aller alimenter l’Islande ; qui n’est pas autosuffisante pour de nombreuses denrées.

Après 3 nuits de ferry et une escale de plusieurs heures aux îles Féroé, l’arrivée à Seyðisfjörður au lever du soleil est magistrale et vaut largement toutes les heures passées à bord 💙 Les fous de bassan, mouettes et goélands accompagnent le navire tandis que le soleil peint par petites touches dorées le sommet acéré des fjords.

Toulon – SeyðisfjörðurVoyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)68h3014h
Prix du voyage (A/R)845€696€
Émissions CO2 (A/R)920 kg1230 kg
Voyage sans avion : en amoureux devant les glaciers d'Islande
Les Îles Baléares

Pour aller aux Baléares sans prendre l’avion, il suffit de prendre un TGV jusqu’à Barcelone, puis de prendre un ferry qui dure un peu moins d’une nuit. Le lendemain matin, on arrive à Minorque ou encore Palma de Mallorca :

Toulon – Palma de MallorcaVoyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)18h306h
Prix du voyage (A/R)295€169€
Émissions CO2 (A/R)154 kg225 kg
Plusieurs voiliers sur la mer devant l'île de Majorque, au soleil couchant
La Croatie

La Croatie est une destination tout à fait envisageable pour un voyage sans avion. Pour aller en Croatie et plus particulièrement jusqu’à Dubrovnik, c’est un peu différent des autres destinations puisqu’après s’être rendu jusqu’à Venise ou Trieste en train, il faut ensuite changer de mode de transport et adopter le bus. En effet le train n’est pas le mode de transport privilégié en Croatie, il est lent et le réseau s’arrête de toute façon à Split. Les Croates sont habitués à prendre le bus pour rejoindre les différentes villes : Dubrovnik, Split, Rovinj, Pula et même pour se déplacer sur chaque île de l’Adriatique.

(Il est aussi possible de prendre un ferry depuis l’Italie pour rejoindre le sud de la Croatie, mais nous n’avons pas choisi cette option, beaucoup plus polluante.)

Toulon – DubrovnikVoyage sans avionEn avion
Durée (aller simple)30h4511h30
Prix du voyage (A/R)132€474€
Émissions CO2 (A/R)79 kg903 kg
Voyage sans avion : les toits de Dubrovnik, vus d'en haut

Sources et méthodes de calcul :

Le calcul des émissions CO2

Pour les calculs d’émissions CO2 par trajets, nous nous sommes basés sur les standards de l’ADEME, qui incluent les émissions directes en équivalent CO2, par personne, en France. La construction des véhicules et des infrastructures n’est pas prise en compte.

Les chiffres de l’avion incluent :
– les émissions liées aux trainées,
– le trajet pour se rendre jusqu’à l’aéroport,
– et les escales (plus polluant qu’un trajet direct)

Tu peux retrouver tous leurs chiffres ci-dessous ou directement sur le site de l’ADEME :

Nous t’avons également synthétisé les résultats ici, avec un exemple sur 300 kilomètres pour que ce soit plus parlant. Nous y avons ajouté les émissions liées aux ferries (qui n’apparaissent pas pour l’instant dans le calcul de l’ADEME).

Type de transportÉmissions GES (g) par km et par passagerExemple : émissions GES totales (en kg) de 2 personnes parcourant 300km ensemble :
Vélo0 g0 kg
Vélo électrique2 g1,2 kg
Trainentre 1,7 g et 25 g
(selon le type de train entre TER, Intercités ou TGV)
entre 1 kg et 15 kg
Autocar35 g21 kg
Voiture193 g58 kg
(si elles sont dans la même voiture)
Avionentre 151 g et 230 g
(selon le nombre de km parcourus par vol)
entre 91 kg et 138 kg
Ferryà partir de 267 g
(pouvant aller jusqu’à plus de 600 g ; en fonction du ratio entre passagers, véhicules et marchandises. En attente de données plus fiables)
à partir de 160 kg

⚡️ Disclaimers : ⚡️

Véhicules électriques : les émissions liées à ces transports dépendent de la façon dont l’électricité est produite. En France, le mix énergétique dépend fortement du nucléaire, qui est une énergie décarbonée, donc les trains, voitures électriques, vélos électriques etc. ont un faible impact carbone. Mais les mêmes véhicules dans des pays qui exploitent le charbon pour produire leur électricité auront un bilan beaucoup plus négatif… Nous avons gardé les chiffres de l’ADEME pour tous les transports, même à l’étranger, pour que les calculs restent simples. Mais garde en tête que les résultats peuvent être inexacts en fonction de la source de production d’électricité.

Greenwashing : aucun mode de transport n’est « vert » : si on te fait miroiter un train vert, un avion vert, un ferry vert… c’est faux 😅 Ça peut émettre moins de GES qu’une solution concurrente, certes, mais en l’état actuel des technologies, rien ne peut émettre 0% de GES. Y compris l’hydrogène. Le voyage le plus « vert », c’est donc celui que l’on fait au plus près de chez soi, ou bien avec des modes de transports ancestraux… la randonnée, le cyclotourisme… donc si quelqu’un te parle d’un transport « vert », méfie-toi car ce n’est pas très honnête.

Ferry : nous avons pris les données de Greenly. C’est très compliqué de convenir d’un chiffre commun car selon la taille du ferry, et le ratio entre le nombre de passagers, le nombre de véhicules particuliers, et le nombre de marchandises, l’empreinte carbone peut passer du simple au quadruple ! Si tu prends un ferry qui ne transporte vraiment aucune marchandise, pars du principe que ton empreinte dépasse les 600g par kilomètre et par passager.e.

Petit voilier sur une eau cristalline en Corse

📚 Sources

Le calcul des prix

Afin d’avoir la comparaison la plus exacte possible, nous avons calculé tous les prix :
– en aller-retour,
– pour 1 personne,
– aux dates du 25 juin 2022 au 10 juillet 2022 (lorsque c’est possible),
– sans option ni supplément, sans carte de réduction, en 2ème classe
– sans compter les dépenses pendant les escales (nuits d’hôtels, repas…)

Les prix incluent les transports pour se rendre aux gares et aéroports.

Les prix des ferries, lorsqu’il y a des nuits en cabine, sont calculés pour une cabine partagée par 2 voyageurs.

Nous avons pris les billets d’avion les plus pertinents et les moins chers sur le comparateur Google, puis fait un devis sur le site des compagnies aériennes avec un supplément bagage en soute à chaque fois.

Le calcul du temps de trajet

La durée des trajets est valable pour un aller simple, inclut le fait d’arriver à l’avance ainsi que l’attente avant embarquement. En revanche, elle n’inclut pas les escales volontaires (par exemple, si tu décides de passer la nuit à Milan avant de poursuivre le trajet le lendemain matin).

Bilan

Si on fait la moyenne pour toutes ces destinations, un voyage sans avion, ça coûte environ 90€ de plus par personne aller-retour… tout en économisant 2,4 tonnes de CO2 en totalité ! Pour nous, il n’y a pas photo : les voyages en avion appartiennent au passé.

Mais cet article n’a pas pour but la culpabilisation à outrance : nous comprenons que certaines personnes ont un mode de vie où elles ne peuvent se passer de l’avion, que ce soit pour leur métier (les pilotes ou hôtes.ses de l’air) ; ou parce qu’elles sont expatriées ailleurs. Nous comprenons aussi que pour certaines familles, la perspective de prendre l’avion pour visiter le pays de leurs rêves n’arrivera peut-être qu’une seule fois dans leur vie (car elles n’ont, de toute façon, pas les moyens de cocher toutes les cases d’une travel bucket-list).

En revanche, la majorité de notre lectorat a le choix. Et la plupart des personnes qui composent notre communauté, ici et sur Instagram, aimerait tester le voyage sans avion, sans se douter que ce n’est finalement pas si compliqué ! Alors, nous avons rédigé cet article suite à la curiosité et à l’engouement de notre audience pour le slow travel, en espérant qu’il t’a inspiré.e et que tu auras, très bientôt, des voyages sans avion à nous raconter !

Et si tu as expérimenté d’autres trajets sans avion en Europe, partages tes itinéraires avec la communauté en commentaires 🌱

Cet article a 2 commentaires

  1. Nina

    Waouuuh ! Merci de nous mettre l’eau à la bouche jusqu’à la fin de l’article. Hyper complet et très documenté. Ça donne qu’une envie.. partir à l’aventure (sans avion) !

    1. Roxandyo

      Hello Nina, merci pour ton passage par ici 🌱 On a voulu proposer quelque chose de très complet, quitte à ce que chaque personne vienne piocher les infos sur les pays et modes de voyage qui les intéressent ☺️ Tu nous raconteras tes voyages sans avion hihi

Laisser un commentaire